Nouveau stage de musicothérapie active

Stage musicothérapie active mai 2021.jpg

Quelques jeux pratiqués: la danse des épées

IMG_3959.JPG

 

Stage animé par Thierry Bluy, et Pascal Michaud musicothérapeutes diplômé et expérimentés.

La musicothérapie active

La musique comme médiation thérapeutique

Mes formations et mon expérience professionnelle:

Formation de 2008 à 2011, la musicothérapie active avec un mémoire et une soutenance avec M. Willy Bakeroot, de 2011 à 2016, danse thérapie avec France Schoot-Billmann.

J'ai travaillé en tant que musicothérapeute avec des enfants présentant des troubles du comportement, des adultes autistes, schizophrènes, psychotiques, avec des personne âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer et autres démences, en soin palliatif,actuellement avec  des personnes qui ont fait un burn-out, en prévention aussi pour éviter la dépression le burn-out etc.

Formateur pour les "CEMEA" depuis 2009, la musique comme médiation thérapeutique, le conte en institution.

Pour Yschool depuis 2015: Enrichir les liens intergénérationnels par la musicothérapie active

Mon curriculum-vitae:

-De 2007 à 2014 CMP, enfants « TDAH » contes et brico-sculpture (Troyes).

 

-DE 2007 à 2018

-EHPAD « La Grand Maison », Sainte-Savine

-EHPAD « Résidence  Pierre de Celles », St André Les Vergers

-EHPAD  « la salamandre » Lusigny/Barse

-EHPAD « Résidence de l’ouest «  Troyes              

-De 2007 à 2018         

-IME la roseraie, adultes handicapés (Bréviandes).

-IME de Monceaux les Vaudes, enfants « TDAH 

 « ALVE et SAVS », adultes psychotique, Juvisy sur Orges

 

- De 2007 à 2012   

-EHPAD « La Roseraie », Bréviandes (10)  

-EHPAD « La Maison d’ Arcis », Arcis sur Aube

 

- De 2006 à 2013

-APEI l’adret, adultes autiste, Vendeuvre sur Barse (10)

- De 2019 à ce jour avec des adultes schizophrènes de l'hospital de jour à Troyes.

 

 

 

 

 

 

 

 

Willy Bakeroot un de mes formateurs

Résumé

 

Depuis l’aube des temps, les techniques de soins ont utilisé le registre rythmo-mélodique intimement lié à la parole et aux mouvements dansés du corps. Ces techniques prenaient leurs sens dans les mythologies. Les pratiques orales du récit et du conte articulées au rythme musical et à la danse soutenaient ces
mythologies.
C’est de cet ensemble d’éléments que s’inspire la musicothérapie active proposée ici. Elle est une pratique thérapeutique utilisant le registre musical, tout en se libérant des contraintes de la technique. Elle porte attention à ce qui est spécifiquement humain : le jeu relationnel. De façon plutôt artisanale, ce jeu déploie des matériaux élémentaires qui encouragent et stimulent la prise de parole ainsi
que les processus de symbolisation.
Les formes de la musicothérapie active proposée et exposée ici sont pratiquées depuis de nombreuses années dans les domaines du soin, de l’éducation spécialisée et de l’accompagnement médicosocial des enfants, nourrissons et leur mère, adolescents, adultes ou personnes âgées en situation de handicap et/ou dépendantes.

Avec la collaboration de :

Dominique BRUGGER — Anne-Marie CAZANAVE-ROBERT — Tullia CONTE
Christophe GROSJEAN — Hugues HOLLENSTEIN
France SCHOTT-BILLMANN — Odile SPENGLER-GERAULT

La musique comme médiation thérapeutique en quelques mots:

                                                                  

« Le savoir occidental tente, depuis vingt-cinq siècles, de voir le monde. Il n’a pas compris que le monde ne se regarde pas, Il s’entend. Il ne se lit pas, il s’écoute. »(1)

La musique exerce une influence bénéfique et thérapeutique sur le cerveau, et le corps. La musique est un excellent médiateur, elle peut permettre la création, le renforcement du lien social, le plaisir, la communication.

La musique fait partie intégrante de nos vies, par le rythme du battement du cœur, de la respiration, de la marche, de la terre qui tourne, des saisons, etc…

 

Depuis plus de 40000 ans, la musique rassemble pour divers événements, pour les moissons, les naissances, les mariages, les décès, pour aller à la chasse, pour appeler la pluie etc.

La musique a été utilisée depuis la nuit des temps, ces dispositifs, ces procédés sont utilisés en Afrique, en Asie et en occident et avant la fin de la renaissance.

 

Il existe trois formes de musicothérapie ; la passive, la réceptive, et l'active. Nous utiliserons principalement l’active.

Données essentielles de la musicothérapie active

La musicothérapie active se jouera sans jugement, où toutes les personnes pourront trouver leurs places. Elle se trouve loin du système réservé aux stars.

La musicothérapie active utilisera des dispositifs des procédés traditionnelles qui sont basés sur une trilogie et plus précisément :

 

La trilogie :

 

Le temps, le rythme, la mémoire difficile de séparer le rythme de la mémoire, ils ont pour commun dénominateur le temps que, d'une certaine manière, ils formulent.

La musicothérapie active, passera par un composant essentiel ; le jeu.

 

Comme le souligne le docteur Winnicott :

«  Le jeu parce que le jeu est universel et qui correspond à la santé, l'activité de jeu facilite la croissance et par là-même, la santé. Jouer conduit à établir des relations de groupe ; le jeu peut être une forme de communication en psychothérapie.

C'est en jouant, et seulement en jouant, que l’individu, enfant ou adulte, est capable d’être créatif et d'utiliser sa personnalité tout entière.

C'est seulement en étant créatif que l'individu découvre le soi. »

 

Les jeux rythmo-musicaux

 

Ces jeux s’articuleront avec le rythme musical, la parole, le mouvement corporel.

La pratique ainsi que la manipulation d'instruments de percussions sera favorisée.

Les percussions, sont des instruments simples à manipuler. Les percussions peuvent tous rythmer.

Le caractère général de ces pratiques est marqué par la combinatoire de plusieurs champs que sous nos latitudes, nous avons pris l'habitude de séparer.

Dans notre enseignement occidental, nous séparons la musique qui devient cours de musique et de solfège, le corps qui devient le sport et rarement la danse, la parole qui devient l'écrit des cours de français ou de littérature. 

Le temps

Le temps en musicothérapie aura un « déroulement » différent du temps de l’horloge. Le temps utilisé sera plutôt, une répétition régulière d'un thème rythmique ou mélodique. Cette répétition s'appellera «  l'ostinato » qui signifie obstiné en italien.

 

L'ostinato se retrouve chez tous les peuples et dans toutes les forment de l'expression musicale.

Soit comme une succession de thèmes identiques s'opposant alternativement l'un à l'autre dans un mouvement de balancement.

 

Ces balancements se traduisent facilement dans le mouvement du corps, de gauche à droite, d'avant en arrière ou de bas en haut. Il peut se retrouver figé dans les stéréotypies motrices que l'on observe dans les cas graves de la pathologie et que l'on peut interpréter comme des tentatives désespérées de passer au balancement vivant. Autant la stéréotypie est vide de sens et donc pauvre en imaginaire, autant le balancement en ostinato est riche de vie : il est, en lui-même, effet de sens.

Le rythme

Le mot rythme est un terme qui est bâti sur une racine grecque : « rhéo » qui a le sens de couler.

Le rythme est ce qui coule. Le rythme est un flux qui change sans cesse.

Il est irréductible au signe ou à la métrique ; Dès qu'on essaye de noter et donc qu'on écrit un rythme, on le dénature.

Il est la vie même qui s'incarne dans les processus dynamiques faits de balancements, contrastes, oppositions séries, différences d'intensités, diversités, irrégularités, contretemps, syncopes etc.

Le jeu peut se faire sous différents formes :

 

Dans une relation individuelle, il peut s'envisager comme une conversation rythmique et percutante. Cet échange peut s'envisager de façon subtile en tirant partie de la situation présente.

L'invitation à jouer, adressée à un malade, n'est pas évidemment suivie d'effet. C'est qu'on se trouve devant la difficulté due à l'angoisse d'engager une relation avec un autre considéré, la plupart du temps, comme dangereux.

 

C'est pourquoi la conversation rythmique ne peut s’envisager qu'après un « apprivoisement » sous forme de rythmes parallèles à ceux du malade.

Il n'est pas recommandé de vouloir à tout prix, faire entrer le patient dans le rythme du thérapeute. Il faut aller le chercher où il est.

 

C'est le thérapeute qui doit entrer dans le système du malade. Cet apprivoisement peut durer très longtemps et se base sur la saisie des balancements du malade.

Se balancer avec lui, ce n'est pas l’enfermer dans une régularité obsessionnelle, c'est l'accompagner dans sa quête d'une liberté.

 

Sans cet accompagnement, il risque fort de rester dans sa prison autistique là où personne n'aura l'audace d'aller le chercher. Il ne s'agit pas vraiment d'imiter le patient cela pourrait paraître une singerie déplacée.

Le mouvement du thérapeute ne doit pas être nécessairement identique. Ce qui est important, c'est le rythme parallèle ou complémentaire. Peu importe la forme du mouvement. Cela rejoint le traitement d'un temps commun, seul susceptible d’entraîner un patient dans le chemin d'une reconstruction.

 

Conversations aléatoires :

Dans une relation individuelle, il peut s'envisager comme une conversation rythmique et percutante. Cet échange peut s'envisager d'une façon subtile en tirant parti de la situation présente.

La mémoire

La mémoire reste un phénomène complexe qui serait difficile de brosser sur quelques pages. Il est possible d'en définir les traits principaux par ces deux citations : L’être humain est comme un être de mémoire. Et que cette mémoire s’acquiert et se pérennise par les gestes rythmés.

Le cerveau

Dans le cerveau, rien n'est exclusif ni définitif, le cerveau est un organe hautement plastique, il ne cesse de se modifier et d'apprendre, ceci lui confère une propriété essentielle pour la thérapie car il s'ensuit qu'on peut toujours avoir l’espoir d'induire des changements.la plasticité du cerveau a plusieurs conséquences importantes.

L'homme dispose comme l'embryon, le privilège de pouvoir faire pousser de nouvelles fibres nerveuses, de créer des synapses inédites, de fabriquer des réseaux, bref de conserver, si il est stimulé par l'apprentissage, un cerveau « toujours neuf. Cette propriété constitue une arme extrêmement efficace contre les maladies d'origine dégénérative.

 

Il est prouvé que des éléments de l’environnement auquel le sujet est exposé de façon répétitive peuvent sans cesse réorganiser son cerveau, il est donc indispensable de le « nourrir » en le faisant travailler épigénétiquement.

A chacun son rythme ...

(1) J. Attali, Bruits, Fayard, p11.

Willy Bakeroot, documents de formation, musico.

Willy Bakeroot, documents de formation, musico

Voir documentations

D.W. Winnicott, jeu et réalité, édition Gallimard, 1971, page 90, 110.

Bibliographie :

 

La surprise chatouille de l’âme, Daniel Marcelli, éditions Albin Michel

Quand la danse guérit, le primitivisme en danse, France Schott-Billmann, Éditions la recherche de la danse

Psychanalyse de la chanson, Philippe Grimbert, Édition Pluriel

Chantons sous la psy, Philippe Grimbert, Éditions Hachette littératures

Jacques Attali, Bruits, Presse universitaires de France

Chantons sous la psy, Philippe Grimbert, Éditions Hachette, littératures

Musicophilia, Olivier Sacks, Éditions du seuil

D.W Winnicott, jeu et réalité, Folio/essais

Des musicothérapies, J. Arveiller, collection psychologie et pédagogie de la musique.

La lutherie sauvage, instruments de musique à inventer, Max Vandervorst, Éditions Alternatives

Contes

Contes de Nasr Eddin : Sublimes paroles et idioties de Nasr Eddin Hodja, Éditions Phébus Libretto.

Contes des sages musiciens, Jean-Jacques Fdida : Éditions Seuil

Contes des sages qui guérissent, Marie Faucher Éditions du seuil

Sites internet, courriel: Pascal Michaud, Rheocreation@gmail.com,

Instruments de musique : Djoliba percussions et lutherie, Thomann, Éditions Fuzeau, Pick et Bosch. Musicothérapie : Carmina Carmina.

Colloque de musicothérapie active, « dynamique de l’énoncé, rythmo-musical, en musicothérapie active » Versailles.

    Dansons nos chansons, Enfance et musique, Paris, 3 jours         

Stage perfectionnement, conte pour les petits, avec Pascal Quéré,

4 jours, à Troyes

Stage perfectionnement conte avec Cahina Bari, une semaine à Mulhouse

Danse thérapie à « l’Atelier du geste rythmé », organisme de formation, Paris.

Le conte en musique avec l’organisme de formation « A la lueur du Conte »  Montbéliard.

  

Ethnopsychiatrie et pathologies des migrants, CEMEA, Paris

     Le conte en pédopsychiatrie, CEMEA, Lille

 

 

formation musicothérapie active, Pascal Michaud,https://www.rheocreation.com/
Musicotherapie-active-Rebatir-le-temps-d